Accueil » Nouvelles » Salle des nouvelles

Un guide sur la philanthropie dans les établissements de santé et de services sociaux est maintenant disponible


Lancé tout récemment, le guide « Pour un partenariat mutuellement profitable entre un établissement et une fondation » fait état des principaux facteurs gagnants d'un partenariat entre ces instances.


Guide philanthropieFruit de la collaboration entre l'Association des fondations d'établissements de santé et de services sociaux (AFÉSAQ) et l'Association québécoise d'établissements de santé et de services sociaux (AQESSS), le guide constitue une référence pour définir le mode d'emploi optimal à appliquer entre les parties. Il rappelle notamment les principes et éléments fondamentaux de la gouvernance appliquée à l'administration des établissements et des fondations. Les présidents et les membres des conseils d'administration des établissements et des fondations ainsi que leurs directeurs généraux sont invités à s'en inspirer pour définir ensemble, selon leur contexte particulier, ce qu'ils pourraient bonifier quant aux règles et pratiques qui devraient prévaloir entre leurs instances dans leurs contextes respectifs.

»» Consultez le guide


Nouvelle publiée le 20 novembre 2014

 



L'AQESSS annonce la tenue du 2e rendez-vous national sur l'avenir du système public de santé et de service sociaux


L'Association québécoise d'établissements de santé et de services sociaux (AQESSS), la Confédération des syndicats nationaux (CSN) et l'Institut du Nouveau Monde (INM) ont annoncé aujourd'hui la tenue du Deuxième rendez-vous national sur l'avenir du système public de santé et de services sociaux.


Conférence de presse AQESSS, CSN, INM du 18 novembre 2014 
Diane Lavallée, directrice générale, AQESSS, Michel Venne, directeur général, INM, et Jacques Létourneau, président, CSN, en conférence de presse (photo tirée de Twitter) 

Pour l'AQESSS, la CSN et l'INM, ce deuxième rendez-vous national, qui se tiendra le 9 décembre à Québec, est plus pertinent que jamais. Alors que les consultations particulières sur le projet de loi n°10 se terminent et que le débat se poursuit, il apparaît qu'une réelle démarche de concertation entre les acteurs du système public est essentielle pour assurer son avenir. « Plutôt que de se concentrer sur des réformes administratives qui risquent d'avoir un effet négatif sur le réseau, nous sommes persuadés que la voie la plus prometteuse privilégie l'élaboration de solutions qui visent à régler les problèmes qui préoccupent la population », a dit Jacques Létourneau, président de la CSN.

Rappelons qu'un premier rendez-vous national en juin dernier a réuni plus de 400 personnes provenant aussi bien d'organisations syndicales que patronales, de fédérations médicales, de groupes communautaires, d'associations d'usagers et d'ordres professionnels. Il a permis d'identifier les défis prioritaires pour le système public de santé et de services sociaux.

Ce deuxième rendez-vous national soumet à la discussion des solutions porteuses pour l'avenir du système public. Il y sera question de l'action sur les déterminants sociaux de la santé et d'une première ligne renouvelée, de la pertinence des soins favorisée par la gouvernance clinique, de la concertation des acteurs du terrain pour une meilleure prise de décision ainsi que de la cohérence du financement notamment au regard du mode de rémunération médicale et du régime d'assurance-médicaments. « Notre objectif est de proposer des solutions permettant d'améliorer l'accès, la pertinence et la qualité des services à la population, le tout par une démarche de discussion ouverte entre tous les acteurs », a déclaré Diane Lavallée, directrice générale de l'AQESSS. « Les échanges qui auront lieu sur l'élaboration de solutions sont un bel exemple de consultation visant des résultats concrets pour l'ensemble de la société », a avancé Michel Venne, directeur général de l'INM.

»» Pour consulter le programme du 2e Rendez-vous
»» Pour s'inscrire

»» Lire le communiqué officiel de l'AQESSS

Nouvelle publiée le 18 novembre 2014

 



Nominations au Conseil des gouverneurs


M. Régis Harvey, directeur général du Centre de réadaptation en déficience physique Le Parcours (AERDPQ et ACRDQ) a été nommé président du Conseil des gouverneurs des assurances, en remplacement de M. Guy Gignac. M. Normand Brassard, directeur général du CSSS Maria-Chapdelaine, a pour sa part été nommé vice-président, en remplacement de M. Régis Harvey qui exerçait la fonction auparavant.

Régis Harvey, président du Conseil des gouverneurs des assurances 

Les deux nominations sont effectives depuis le 4 novembre 2014. Nous tenons à remercier chaleureusement M. Guy Gignac pour son implication et son dévouement des dernières années à la tête du Conseil.  




Projet de loi 10
L'AQESSS se fait entendre en commission parlementaire


Le président de l'AQESSS, Michel Gervais, a présenté aujourd'hui le mémoire de l'Association relativement au projet de loi 10 devant les membres de la Commission de la santé et des services sociaux à l'Assemblée nationale.


Le mémoire souscrit aux objectifs du ministre de la Santé et des services sociaux, Gaétan Barrette, d'une plus grande efficience et efficacité dans la gestion du système de santé au service des patients, des usagers et de la population du Québec. Toutefois, dans sa forme actuelle, l'AQESSSS considère que le projet de loi est inacceptable et risque d'entraîner dans son sillon plus de problèmes qu'il en réglera.

« Dans son projet de loi, le gouvernement fait le choix de déplacer le pouvoir des régions pour une hypercentralisation. Près de 50 % du budget de l'État se retrouvera dans les mains d'une seule personne, soit le ministre de la Santé et des Services sociaux », a déclaré Michel Gervais.

Dans une approche constructive, le mémoire de l'AQESSS contient une trentaine de recommandations qui permettraient, si elles étaient retenues, de garantir le succès de la réorganisation bureaucratique proposée par le biais du projet de loi 10. L'AQESSS est notamment favorable à des regroupements d'établissements avec une adaptation selon les régions et souscrit à la volonté gouvernementale que les conseils d'administration des futurs centres intégrés de santé et services sociaux (CISSS) soient plus petits et composés majoritairement de membres indépendants. L'Association est également d'accord avec l'approche budgétaire par programmes-services proposée par le ministre.

« Il ne faut jamais oublier que le système de santé n'appartient ni au ministre, ni aux fonctionnaires, ni au personnel des établissements, ni même au gouvernement : il appartient à la population qu'il dessert », a conclu Michel Gervais, lors de son allocution. La concentration de pouvoir est une manifestation évidente du manque de confiance du gouvernement à l'égard des quelque 3 000 administrateurs bénévoles des établissements qui gèrent d'année en année des compressions importantes, tout en tentant de maintenir des services de grande qualité pour la population du Québec. C'est à un « acte de foi auquel vous nous conviez », a-t-il lancé au ministre de la Santé, Gaétan Barrette, n'arrivant pas à « percevoir » le lien entre l'objectif « prétendu » d'un meilleur accès aux soins et l'actuel projet de loi. C'est pourquoi l'AQESSS refuse de lui émettre un « chèque en blanc ».

»» Consultez le mémoire et les recommandations de l'AQESSS

Nouvelle publiée le 11 novembre 2014

 



Tournée régionale / Estrie
Le CHUS reconnu pour son système de surveillance informatisée de la prescription des antibiotiques


La directrice générale de l'AQESSS, Madame Diane Lavallée, a remis le certificat de l'Opération Bons coups à l'équipe du CHUS lundi dernier. 


Opération Bons coups

Le projet Utilisation d'un système de surveillance informatisée des antibiotiques, appelé APSS (Antimicrobial Prescription Surveillance System) soutient les médecins prescripteurs dans leur pratique et offre des soins encore plus personnalisés et sécuritaires aux patients.

Il aide à prévenir les erreurs et à éviter les interactions médicamenteuses, tout en diminuant la résistance bactérienne aux antibiotiques et, par la même occasion, le risque de développement de maladies nosocomiales dans l'établissement. Au CHUS, l'adoption de cette technologie a permis de diminuer de 17 % le budget consacré aux antibiotiques, ce qui représente une économie de 300 000 $ en moyenne par an et 1,2 millions à ce jour. 

Tournée régionale Estrie - Bon coup CHUS
L'équipe du projet Utilisation d'un système de surveillance informatisée des antibiotiques du CHUS

Il est possible d'en savoir plus sur les projets retenus en visitant la zone Bons coups du site Internet de l'Association.

Consultez la fiche du projet :

»» Utilisation d'un système de surveillance informatisée des antibiotiques du CHUS
 

Nouvelle publiée le 6 novembre 2014

 



Projet de loi 15
L'AQESSS craint une augmentation du fardeau administratif


L'AQESSS a fait valoir ses appréhensions à la Commission des finances publiques étudiant le projet de loi 15. «  Il faut éviter d'augmenter le fardeau administratif des établissements dont les ressources sont de plus en plus limitées », a déclaré Diane Lavallée, directrice générale de l'Association.


Le ministère de la Santé et des Services sociaux dispose déjà de la banque R-25, tirée des données des systèmes de paie, qui recèle d'une foule d'informations concernant les employés. cette banque de données permet, entre autres, de connaître l'état des effectifs en nombre de personnes et en équivalent temps complet (ETC) ainsi que le nombre d'heures travaillées et rémunérées, et ce, pour chaque période de paie.

L'AQESSS est préoccupée par la possibilité que les mesures prévues dans le projet de loi no15 deviennent contre-productives et aillent à l'encontre d'une saine gestion des établissements de santé et de services sociaux. Selon l'Association, il importe que ces derniers conservent une marge de manoeuvre suffisante à l'égard de leurs ressources humaines. « Il y va de leur capacité à répondre aux besoins grandissants de la population et à faire face à toute situation de crise qui pourrait menacer sa santé, par exemple une épidémie », explique Diane Lavallée. Il faut rappeler que les réductions budgétaires des dernières années, de même que la Loi 100, ont fortement affecté la capacité des établissements sur le plan administratif.

L'AQESSS rappelle que la demande de services peut évoluer selon la période de l'année et selon la croissance des besoins, par exemple en raison de l'augmentation et du vieillissement de la population, des maladies chroniques et des problématiques de santé mentale. Afin d'éviter la microgestion, l'Association souhaite que le gouvernement laisse aux établissements l'organisation du travail et la détermination de la structure de postes, permettant à ceux-ci de réorganiser le travail à l'urgence ou de faire face à une épidémie, par exemple une éclosion de C. difficile.

Compte tenu des marges de manoeuvre dont doivent disposer les gestionnaires des établissements, qui emploient plus de 250 000 personnes, l'AQESSS propose au législateur de s'en tenir à une approche de contrôle budgétaire. Toutefois, si le projet de loi no15 est adopté, l'AQESSS demande que le Conseil du Trésor démontre clairement que celui-ci n'augmentera pas la bureaucratie. De plus, l'Association souhaite que les établissements bénéficient de l'exemption prévue à l'article 3 du projet de loi pendant une période d'au moins deux ans en raison du fait que le projet de loi no10, actuellement à l'étude, pourrait amener une transformation majeure du réseau en obligeant les établissements à intégrer à même leurs effectifs 75 % des employés des agences régionales de santé et de services sociaux.

Nouvelle publiée le 5 novembre 2014

 



L'AMQ et l'AQESSS font front commun pour enrayer le surdiagnostic dans le réseau de la santé


L'Association médicale du Québec (AMQ) et l'Association québécoise d'établissements de santé et de services sociaux (AQESSS) lancent un appel à la mobilisation aux médecins et aux établissements de santé afin de contrer le phénomène du surdiagnostic dans le réseau de la santé.


En conférence de presse ce matin, l'AQESSS s'est engagée à soutenir activement l'AMQ dans les efforts qu'elle déploie depuis deux ans dans ce dossier en sensibilisant ses membres à cet enjeu majeur pour le réseau de la santé et à faire la promotion de la campagne Choisir avec soin.

Partageant la volonté de l'AMQ de proposer des solutions et de mobiliser les intervenants du système de santé vers des actions porteuses pour le réseau de santé québécois, l'AQESSS a annoncé, entre autres, qu'elle encouragera ses établissements membres à développer des projets d'éducation et de sensibilisation au phénomène du surdiagnostic. Elle diffusera aussi les recommandations prescrites par la campagne Choisir avec soin partout dans le réseau afin de favoriser la discussion sur la pertinence des examens et des traitements entre le médecin et son patient.

« Une campagne de sensibilisation comme celle de Choisir avec soin pourrait servir de modèle pour le Québec, affirme Mme Diane Lavallée, directrice générale de l'AQESSS. Notre association soutient l'AMQ dans ses efforts vers l'optimisation de la pratique clinique et dans sa recherche de solution pour contrer le surdiagnostic parce qu'elle croit qu'il y a des gains réels à obtenir avec cette approche, notamment en termes d'amélioration de l'accès pour les patients.»

»» Consultez le grand dossier Surdiagnostic du site Web de l'AQESSS

»» Consultez le communiqué

»» Consultez le site Web de la campagne Choisir avec soin

Nouvelle publiée le 31 octobre 2014

 



L'AQESSS met de l'avant des propositions audacieuses à la Commission d'examen de la fiscalité québécoise


L'AQESSS a présenté aujourd'hui aux audiences publiques de la Commission d'examen de la fiscalité québécoise (Commission Godbout) des propositions audacieuses qui visent la sauvegarde et la protection de nos services publics.


Intitulé Examen de la fiscalité : miser sur l'équité, l'efficacité et la cohérence, le mémoire de l'AQESSS s'appuie sur ces trois principes afin de proposer des mesures à court et moyen terme qui mettent la fiscalité au diapason des changements qui ont actuellement cours dans notre société en matière de vieillissement et de perte d'autonomie.

« Peu importe les choix qui devront être faits en matière de finances publiques, ces principes, de même que la solidarité envers les plus vulnérables, doivent demeurer une préoccupation centrale », a déclaré Michel Gervais, président de l'AQESSS.

Résumé des propositions de l'AQESSS :

  • Indexer les tarifs des services ambulanciers. Ces coûts n'ont pas été indexés ou mis à jour depuis 1997 pour la contribution de base et depuis 1989 en ce qui concerne la contribution demandée pour chaque kilomètre parcouru.
  • Cesser de considérer l'âge de 65 ans comme étant le début de la perte d'autonomie et réviser l’application de certains tarifs basés sur l’âge, dont la contribution au Régime public d’assurance médicaments.
  • Transformer la « contribution santé » en frais d'adhésion au régime public d'assurance‐maladie dans l'optique de stabiliser le financement des services et des soins de santé.

»» Pour consulter le communiqué officiel

»» Pour consulter le mémoire 

Nouvelle publiée le 29 octobre 2014

 



Le CRSSS de la Baie-James cité en exemple pour son Relais action, on marche!


L'AQESSS était présente dans la région de la Baie-James le mardi 21 octobre dernier grâce à la magie des ondes. Diane Lavallée a rencontré en visioconférence l'ensemble de l'équipe derrière le Relais action, on marche! reconnu par l'Opération Bons coups.


Opération Bons coups

Chaque automne, le CRSSS de la Baie-James invite la population du Nord-du-Québec à comptabiliser les kilomètres d'activités physiques parcourus à l'extérieur pendant six semaines. L'activité de sensibilisation a pour but d'encourager la population de la région à pratiquer des activités physiques extérieures quotidiennement. Pour sa cinquième édition, des centaines de participants répondent à l'appel encore une fois cette année et parcourent des centaines de milliers de kilomètres à la marche.

Opération Bons coups CRSSS de la Baie-James
L'équipe du projet Relais action, on marche! du CRSSS de la Baie-James

Il est possible d'en savoir plus sur les projets retenus en visitant la zone Bons coups du site Internet de l'Association.

Consultez la fiche du projet :

»» Relais action, on marche!
 

Nouvelle publiée le 23 octobre 2014

 



Mise en place des dispositions de la Loi concernant les soins de fin de vie au sein du réseau


L'AQESSS participe aux travaux du comité ministériel établissements du réseau de la santé et des services sociaux, qui s'est réuni pour la première fois le 9 octobre dernier. L'objectif de ce comité est de faciliter la mise en oeuvre des dispositions de la Loi 2, anciennement connue sous le nom de projet de loi 52, Loi concernant les soins de fin de vie.


La loi prévoit entre autres que les établissements élaborent une politique de soins de fin de vie, procèdent à un changement de leur code d'éthique et remettent des rapports sur leurs activités de soins de fin de vie. Louise Potvin, directrice générale du CSSS Pierre-Boucher, Dr Louis Roy, DSP au CSSS Québec-Nord, Marie Corriveau DSI au CSSS Sud-Ouest-Verdun et Dr Michel Cimon DSP au CSSS Sud-de-Lanaudière représentent des établissements membres de l'AQESSS au sein de ce comité. Des représentants des agences, de l'Association des CMDP du Québec ainsi que du MSSS sont aussi présents. Les établissements devront offrir des soins de fin de vie incluant la sédation palliative continue et l'aide médicale à mourir à compter du 10 décembre 2015.

Marie-Andrée Ulysse