Accueil » Association » Organisation » Directrice générale » Blogue Lise Denis (archives)

Au revoir!

par Lise Denis - 20 décembre 2012

Au moment où vous lirez ces lignes, je serai à quelques jours de ma retraite. Je profite de mes derniers moments à l’AQESSS pour exprimer dans cet ultime blogue ce que je retiens de mes sept années passées à la direction de l’association et pour transmettre à ceux qui restent toute l’estime que je porte aux artisans du réseau de la santé et des services sociaux. J’aimerais aussi leur indiquer ce que je perçois d’incontournable sur le chemin qui se trace devant nous.

À l’écoute et influents

Grâce à l’implication soutenue de ses membres et à la qualité du travail de haut niveau de son équipe d’administrateurs, de conseillers et de directeurs, l’AQESSS est devenue en peu de temps une organisation crédible dont l’expertise est reconnue par tous les intervenants et les partenaires du réseau. Les outils que nous avons mis à la disponibilité de nos membres, les événements rassembleurs que nous avons organisés et les partenariats noués avec les divers protagonistes du monde de la santé et des services sociaux ont conduit à ce que l’on nous reconnaisse aujourd’hui comme un acteur politique incontournable, doté d’une grande capacité d’influence. 

Une de nos forces réside dans notre capacité d’être à l’écoute de nos membres et de traduire leur volonté de sans cesse améliorer les services et les soins à la population. Nous avons pu ainsi nous présenter devant les autorités, animés par le désir de toujours faire mieux et munis de projets ayant pour objectif de rendre les meilleurs services.

Il reste du travail à faire

Nous sommes une association en fort bonne santé. Nous devons profiter de cet atout et de nos capacités à rassembler et à créer des consensus pour poursuivre nos travaux visant à offrir aux Québécois un réseau d’établissements performant, motivé par la volonté de leur donner des services de proximité, dont la qualité va s’améliorer constamment. Nous devrons cultiver davantage la transparence envers nos concitoyens.  Leur en donner plus pour leur argent. Il y a donc encore du travail à abattre pour moderniser nos modes de financement, pour optimiser la gouverne du réseau et la rendre efficace et efficiente en mettant fin notamment aux dédoublements, au gaspillage de ressources et à l’opacité. Au moment où la population est de mieux en mieux informée, où elle s’intéresse de plus en plus à ce qui se passe au sein des institutions, nous devrons ouvrir nos livres et relever les nombreux défis éthiques qui se posent.

Des énergies devront être déployées pour parfaire notre offre de service aux aînés, aux jeunes, aux personnes aux prises avec des déficiences physiques ou intellectuelles, des maladies chroniques et pour soutenir leur famille et leurs proches. Il faudra plus de fluidité entre tous les secteurs d’activités pour assurer un continuum de soins digne de ce nom. Revoir les modes de rémunération des médecins, militer en faveur d’une plus grande implication de nos cliniciens dans l’administration et la gestion des établissements et assurer la collaboration et le soutien entre les établissements, les GMF et les cliniques contribueront à améliorer notre offre de service et à modeler notre crédibilité.

Profiter des opportunités pour faire face aux enjeux

Plusieurs opportunités s’offrent aux artisans du réseau pour réussir la nécessaire transformation de nos façons de faire et le difficile changement de culture qui doit être opéré.

La place prioritaire accordée à la santé et aux services sociaux par la population fait partie de ces opportunités. La montée de ce qu’on appelle la conscience citoyenne et  les innombrables possibilités offertes par les nouvelles technologies sont autant de leviers qui permettront de développer davantage notre approche populationnelle, nos réseaux locaux et nos réseaux universitaires intégrés de services. Cela nous aidera aussi à créer avec nos clientèles des relations de partenaires, où le patient apportera sa contribution à son diagnostic, à son traitement et à la bonne marche de sa réhabilitation.  Si nous souhaitons que le patient partenaire, comme on l’appelle, se responsabilise face à sa propre santé, il faut l’impliquer dans toutes les dimensions que cela implique.

Le cœur devra suivre…

Comme je l’ai souligné à quelques reprises au cours des derniers jours, la décision de quitter la direction de l’AQESSS et de prendre ma retraite est d’abord une décision de tête.  Mon cœur, qui est encore avec vous, devra bien suivre à son tour.

Je souhaite vous dire, mes chers amis membres et partenaires de l’AQESSS, un immense merci pour toute la confiance que vous m’avez témoignée au cours des sept dernières années en particulier, et aussi tout au long de ma carrière. Je m'en vais avec un pincement au cœur, mais sans regret... Je garderai bien sûr un souvenir de tous ces dossiers stimulants qui sont les nôtres, mais je garderai surtout un souvenir impérissable des personnes que j'ai côtoyées et qui travaillent tous les jours à faire du réseau de la santé et des services sociaux un milieu de travail stimulant et adapté aux nouvelles réalités.

Avec toute mon affection,

Lise Denis


Laisser un commentaire

L'AQESSS ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Bon échange!

Nom
Courriel *
Titre
Établissement

 
Commentaire
Saisissez les chiffre de l'image ci-dessus

*Nous demandons votre courriel pour des raisons de sécurité, il n'apparaitra pas sur le site Web et nous ne l'utiliserons pas pour d'autres raisons que l'administration de ce blogue.